skip to Main Content

[vc_row][vc_column][vc_column_text css= ».vc_custom_1560480902850{margin-right: 150px !important;margin-left: 150px !important;} »]

 

Livres sur l’hypersensibilité

 

 

 

A fleur de peau, Leduc, 2017. 

Un roman initiatique pour les personnes ultrasensibles.Flora a 37 ans, un fils plein d’humour et d’esprit, un métier de maquettiste qu’elle adore et même un cerisier dans son jardin. Pourtant, il suffit d’une minuscule remarque désobligeante, d’un grain de sable qui vient perturber la belle dynamique de sa vie pour qu’elle s’effondre et perde toute confiance en elle.

Flo le sait : elle est hypersensible.

Et cette qualité, qui lui apporte d’immenses joies, une empathie exceptionnelle, une relation émerveillée avec la nature, semble désormais mettre en danger son équilibre et contrarier son aptitude au bonheur. Alors, pour la première fois de sa vie, Flo décide de prendre les choses en main. Elle appelle Marc, un professeur de yoga qu’elle a écouté lors d’une conférence. Cette rencontre va lui permettre, peu à peu, de mieux comprendre qui elle est, de faire de sa sensibilité non plus un obstacle mais une ressource inépuisable, de réenchanter son quotidien et de transformer sa vie. Pour le meilleur !

 

« Mon voyage s’est passé tout en douceur, en compagnie de votre beau roman, que j’ai dévoré et trouvé vraiment superbe, ainsi que très apaisant. Merci pour tout. »

Mathieu Blard, journaliste, Psychologies Magazine. »Le roman A fleur de peau m’a beaucoup plu. Je l’ai dévoré… J’ai adoré l’histoire de Flora et son évolution ! »    Claire Séjournet, Féminibio. »Je vous remercie, au nom de tous les hypersensibles, d’avoir écrit ce roman « à fleur de peau », qui permettra de nous faire connaître, mais également d’être mieux compris, moins seuls et plus acceptés dans la société. »

Patrice « Ce roman sur l’hypersensibilité me parle tellement… Je suis touchée, décontenancée… à tel point que je fais de longues pauses entre les chapitres pour me laisser le temps de digérer. A fleur de peau de Saverio Tomasella me touche en plein cœur… »  Blog S’éveiller et s’épanouir…

 

 

  • Saverio Tomasella, Hypersensibles, trop sensibles pour être heureux ?, Eyrolles, 2012 (2017). 

Vous a-t-on déjà dit que vous étiez à vif ou « à cran », « prise de tête », douillet ? S’est-on déjà moqué de vos fréquents accès de larmes, de votre impulsivité ou, au contraire, vous a-t-on reproché vos silences et votre difficulté à communiquer vos sentiments ? Oui ? Il se peut que vous soyez « hypersensible »…

Les grands sensibles sont complexes, parfois paradoxaux : émotifs, vulnérables mais aussi empathiques, intuitifs, artistes… Leurs anciennes blessures semblent vives encore et s’ajoutent aux nouvelles, compliquant considérablement leur quotidien. Trop sensible, peut-on être heureux ?

Il ne s’agit pas de gérer ses émotions mais plutôt d’apprendre à les vivre, de découvrir les richesses qu’elles peuvent apporter, de considérer son extrême sensibilité comme un trésor à partager. A bien y regarder, sensibilité rime avec humanité : en cela elle peut être source de joie, de créativité, et même, de bonheur !

 

Hypersensibles trop sensible pour être heureux ?

TÉMOIGNAGE

Daniel aura bientôt quarante ans. Après un incident professionnel, ce consultant reconnu s’est écroulé intérieurement devenant tout à coup très vulnérable.

« Pendant des années, je n’ai pas compris pourquoi certaines choses de la vie, qui peuvent paraître anodines à certains, me touchaient avec une profondeur particulière. Pour moi, la question de ma grande sensibilité est là : la profondeur avec laquelle les événements de la vie me touchent. En réalité, j’ai toujours ressenti ce décalage. Je ne comprenais pas pourquoi certains événements me touchaient plus que les autres et moi-même j’identifiais que j’étais touché au-delà du raisonnable.
Lorsque je suis face aux émotions, je les ressens comme si j’étais à la place des principaux protagonistes. Lorsque l’émotion est gênante, cela peut me mettre extrêmement mal à l’aise et parfois m’obliger à quitter le lieu dans lequel les protagonistes se trouvent. Dans le même temps ceux qui me connaissent me disent que j’ai une manière différente d’appréhender les choses, dans le sens d’une qualité.

Par exemple, un de mes clients parle d’intelligence de la situation. J’ai mis du temps à me rendre compte que cela peut être dû à une sensibilité particulière.
J’utilise ma sensibilité au service des autres pour les aider à mieux comprendre les situations et les convaincre de faire autrement. Une sorte de conseil émotionnel spécialisé dans la gestion des relations humaines. Je pense que ma force de conviction provient de mon extrême sensibilité. Je ressens de manière très profonde les émotions, mais alors qu’avant cela pouvait dépasser un seuil de tolérance et générer des réactions ou des pensées négatives, j’ai l’impression que j’approche tout près de ce seuil mais qu’il n’est plus dépassé. Je me sens grandir et atteindre une maturité qui tend vers l’apaisement de mes émotions intérieures et donc vers une certaine sérénité. Je prends de la distance, je prends de la hauteur, sans avoir l’impression de faire un effort spécifique pour cela, et sans perdre tout ce que peut m’apporter ma sensibilité. »

Extrait de « Hypersensibles. Trop sensibles pour être heureux ? », Eyrolles et Le livre de Poche.  © ultrasensibles 2018 – Tous droits réservés.

 

Êtes-vous ultrasensible ?

Vous a-t-on dit que vous étiez à fleur de peau ? S’est-on déjà moqué de vos fréquents accès de larmes, de votre impulsivité ou au contraire vous a-t-on déjà reproché votre silence et votre difficulté à communiquer vos sentiments ? Il se peut que vous soyez hypersensible…

« Je suis trop sensible pour vivre dans ce monde » sanglote un garçon de 13 ans par ailleurs joyeux, sportif et très sociable après un film qui l’a bouleversé. En permanence « sur la corde raide », la cantatrice Nathalie Dessay confie sa sensibilité et « sa très grande fragilité ». Très sensible ? « Trop » sensible ? Hypersensible ? Nous sommes tous concernés. Nous connaissons ces trop-pleins. Nous n’en pouvons plus. Nous n’y arrivons plus. Nous nous sentons saturés, débordés ou submergés. Nous pouvons même nous sentir à part ou plus fragiles que la moyenne… D’autres fois nous trouvons que certaines personnes exagèrent, insistent, ou s’acharnent. Dans tous ces cas de figure, nous sommes face à des phénomènes d’hypersensibilité.

Très sensible, peut-on être heureux ? « J’ai toujours eu une grande sensibilité. Heureusement cette hyper sensibilité aggravée est compensée par une nouvelle aptitude à rire de moi-même et de mes réactions émotives, qui peuvent être démesurées » déclare l’actrice Marion Cotillard au magazine Psychologies. Elle ajoute qu’elle a appris à se recentrer sur elle-même qu’elle a développé une capacité de recul et un humour salutaires vis-à-vis d’elle-même.

Certes une grande sensibilité est souvent mal vécue par celui qui l’éprouve et parfois mal reçue par l’entourage. Pourtant nous pouvons adopter un autre angle de vue afin d’être au mieux qui nous sommes. Il est possible de changer de regard sur soi.

L’hypersensibilité ? Rien de plus humain ! De fait, il y a autant d’hypersensibilités que d’individus. Elle revêt mille et une facettes et n’est pas forcément une caractéristique permanente. Elle peut être activée lors de passages difficiles (abandon, décès, exil, licenciement, maladie, rupture) ou de certaines circonstances (voyage, procès, mariage, divorce, concours) et bien évidemment à l’occasion d’une fatigue persistante, de surmenage, de traitements médicamenteux…

Concrètement, l’hypersensibilité désigne soit une intense réceptivité, soit une forte émotivité, soit une grande expressivité. Son origine est complexe. Blessures d’enfant, peau sans protection, émotions réprimées, déchirures de l’être, poids des conventions sociales, exigences familiales, traumatismes ou encore système d’emprise, aucune piste n’est à exclure pour se réconcilier avec une sensibilité exacerbée. Dans ce cheminement, il importe de donner un sens personnel à son histoire, et de chercher à partir de soi des mots qui ont du sens.

Quand la sensibilité nous joue des tours, c’est probablement qu’elle fait caisse de résonance. L’hypersensibilité alimente un phénomène d’amplification. Dans ces moments-là, nous sommes poussés, presque malgré nous, à réagir immédiatement, de façon impulsive. Nous sommes démesurément affectés. La réaction émotionnelle est disproportionnée. L’événement déclencheur est amplifié, notamment par la caisse de résonance des traumatismes ou des « mauvais souvenirs » enkystés dans la sensibilité qui a conservé la mémoire des nos expériences douloureuses. Les ressentis sont dilatés comme par un écho interne qui enfle, s’auto-entretient et s’ajoute aux premières perceptions. Il est alors très difficile d’expliquer ce qui se passe pour soi.

Il ne s’agit pas de « gérer » ses émotions mais plutôt d’apprendre à les vivre. J’invite à considérer une extrême sensibilité comme un trésor à partager. La sensibilité est bonne, positive, valable. L’hypersensibilité est une opportunité. Elle n’entre dans aucune catégorie psychopathologique. Au contraire, elle met en valeur un l’être humain vivant de plain pied la vie et les relations avec autrui. Il est grand temps de s’en émerveiller. À bien y regarder, sensibilité rime avec humanité. Cette faculté peut devenir une source de joie, de créativité et même de bonheur !

Un de mes patients, Paulo l’affirme « être sensible, c’est souffrir plus fort. Etre sensible, c’est aimer plus fort. Être sensible, c’est vivre plus fort. » Alors, place aux hypersensibles ! On ne peut pas dire qu’un être humain est « trop » sensible car l’être humain est avant tout un être de sensibilité. Acceptée, cultivée et valorisée, notre sensibilité est une merveilleuse conseillère.

Propos recueillis par Magali Michel

Saverio Tomasella est psychanalyste, docteur en psychopathologie, auteur de nombreux ouvrages : Faire la paix avec soi-même, Les relations fusionnelles, Le sentiment d’abandon.

 

ALLER PLUS LOIN

Hypersensibles Trop sensibles pour être heureux ?

TROIS CLÉS pour bien vivre sa sensibilité

1. Vivre dans mon corps réel et l’habiter, être à l’intérieur de moi, âme en corps. L’existence a alors plus de saveur, elle se simplifie. Je m’accorde détente et ouverture vers l’extérieur. Retrouver le flux vital m’aide à me relier à la vie qui m’entoure, à descendre du manège émotionnel et à relativiser ce qui m’arrive.

2. Exprimer ma sensibilité. C’est un acte de courage. La capacité à dire précisément ce que je ressens me permet de m’affranchir de l’imprécision, de penser finement hors du convenu, du normal, du conventionnel. Je nomme les choses par leur nom.

3. Faire confiance à mes sensations. Rester moi-même et ne pas me renier, apprendre de mes erreurs et utiliser ma sensibilité pour développer mon intelligence plutôt que pour la bloquer, la brider ou l’ensevelir. Ainsi je mûris de façon plus vraie, je ne cherche pus à m’adapter, j’apprivoise peu à peu les émotions qui me dépassent, j’écoute mes intuitions.

 

 

 

  • Else Marie Bruhner, Hypersensible, et alors ? Un tempérament expliqué, BoD, 2016.Ce livre explique un tempérament que vous partagez avec 1,4 milliards de personnes dans le monde. Il clarifie ce que toutes les personnes sensibles ont en commun. Il vous offre des suggestions pour vous aider à trouver votre équilibre en tant qu’hypersensible dans un monde qui ne vous comprend pas toujours. L’hypersensibilité n’est pas un défaut, elle vous enrichit avec des qualités inestimables qu’il est temps pour vous d’accueillir, pour en profiter et la faire rayonner autour de vous.

 

  • Marie-France de Palacio, Ta sensibilité te tuera, Max Milo, 2016.
    Hypersensibilité, bipolarité, burn out, l’auteure nous aide à mieux comprendre ces profonds troubles de la sensibilité qui touchent de plus en plus de monde.
    A travers cinq chapitres particulièrement bien choisis, l’auteur nous raconte l’histoire d’une guérison. Du choc du diagnostic jusqu’à la renaissance, en passant par les étapes de crise, d’acceptation et d’apprivoisement, c’est une véritable aventure que nous fait vivre Marie-France de Palacio. Par ailleurs, en étendant son cas particulier à un processus général, elle donne de nombreuses clés pour affronter son hypersensibilité. A la fois passionnant et bouleversant…


 

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

Back To Top