skip to Main Content

[vc_row][vc_column][vc_column_text css= ».vc_custom_1560497651227{border-right-width: 150px !important;border-left-width: 150px !important;} »]

 

Quelques paroles libres d’hyper/ultra sensibles

 

[/vc_column_text][vc_column_text css= ».vc_custom_1561127392061{border-top-width: 8px !important;border-right-width: 2px !important;border-bottom-width: 8px !important;border-left-width: 2px !important;padding-top: 20px !important;padding-bottom: 20px !important;padding-left: 35px !important;background-color: #046380 !important;border-left-color: #046380 !important;border-left-style: solid !important;border-right-color: #046380 !important;border-right-style: solid !important;border-top-color: #046380 !important;border-top-style: solid !important;border-bottom-color: #046380 !important;border-bottom-style: solid !important;} » text_align= »center »]

 Note : Les propos et opinions exprimés n’engagent que leurs auteurs. La pluralité de pensée et la liberté d’expression sont garanties sur l’ensemble du site.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row css= ».vc_custom_1580726765349{border-top-width: 2px !important;border-right-width: 2px !important;border-bottom-width: 2px !important;border-left-width: 2px !important;border-left-color: #046380 !important;border-left-style: solid !important;border-right-color: #046380 !important;border-right-style: solid !important;border-top-color: #046380 !important;border-top-style: solid !important;border-bottom-color: #046380 !important;border-bottom-style: solid !important;border-radius: 10px !important;} »][vc_column width= »1/2″][vc_empty_space][vc_column_text]« Je suis inscrite sur un site de sorties (de tous genres) dans mon département, et récemment j’ai vu qu’une personne proposait une sortie dont le thème était la réflexion sur l’hypersensibilité. »

J’ai été intéressée et j’ai mis cette sortie « à suivre » dans l’attente de prendre une décision. Puis la sortie a été repoussée à quelques jours plus tard, sans que les personnes inscrites et intéressées en soient averties, alors que l’organisatrice a la possibilité d’envoyer un message à chaque inscrit ainsi que de déposer un commentaire sur la sortie pour donner l’information. Entre temps, des personnes commentaient la sortie avec des questionnements auxquels l’organisatrice n’avait pas répondu. Une personne se disait très surprise de voir la sortie changer de date sans être prévenue. De même, une autre était surprise de ne pas voir de réponses aux questions posées. Puis le jour venu, deux heures avant l’heure de la rencontre, la sortie est à nouveau repoussée au lendemain sans avertissement ni excuses.

Plus tard, en lisant les commentaires, je vois celui d’une femme mécontente, car elle s’était présentée au lieu de rendez-vous, avait attendu et n’avait trouvé personne ; elle s’était organisée pour cette sortie et se sentait négligée. J’ai aussi mis un commentaire disant que c’est bien d’avertir les personnes en cas de changement, car elles prennent leurs dispositions pour venir, certaines venant de loin. Après quoi, l’organisatrice a mis un commentaire disant textuellement : « Détendez-vous ! Ce n’est pas un mariage !… ». Je réponds que je suis surprise que la faute soit imputée aux personnes qui se sont déplacées pour rien, que je trouve qu’elle retourne la situation à son avantage et qu’elle ne semble pas dans l’embarras de cette situation. Après cela, elle répond ironiquement qu’elle va « aller se flageller avec des orties… ».

Suite à cela, d’autres personnes sont intervenues, en prenant le parti de l’organisatrice, à mon très grand étonnement, et en m’accusant d’être haineuse et d’un tas d’autres mots violents et accusateurs. J’ai ressenti un genre de « bloc » contre moi, ils s’acharnaient contre moi, sans aucun scrupule. J’ai eu un long moment d’incompréhension. Puis, j’ai répondu que l’hypersensibilité n’était pas incompatible avec l’affirmation de soi, et que, selon moi, les personnes hypersensibles sont délicates, attentionnées et empathiques, et que je n’avais pas vu trace de ces qualités dans tous ces commentaires, et que ce groupe n’était donc pas fait pour moi.

Ensuite, je n’ai plus consulté cette sortie, j’avais dit ce que j’avais à dire et j’avais compris qu’avec ce genre de personnes, j’avais tort d’avance. Le pire, c’est que cela ne s’est pas arrêté là, en consultant le forum de ce même site, j’ai vu qu’une de ces personnes malveillantes avait créé une discussion avec mon pseudo dans le titre ironique suivant : « Spéciale dédicace à Maya », je n’ai pas ouvert la discussion, je savais que cela ne serait pas agréable et j’en avais déjà assez lu. Je ne voulais pas m’épuiser contre des moulins à vent. Après, je me suis sentie très mal parce que je ressentais de la violence de leur part, de l’incompréhension et du rejet. J’ai surtout été très surprise de voir comment ces personnes se sont liguées contre moi, dans un acharnement de mots blessants, violents, rabaissants, accusateurs, etc. et quelle ampleur cela a pris. »

(Maya, 27 juillet 2017).[/vc_column_text][vc_empty_space][vc_empty_space][vc_separator color= »custom » el_width= »40″ accent_color= »#046380″][vc_empty_space][vc_column_text]« Quand la relation devient un tissage, un échange de nos intériorités qui forment une création originale, mouvante, presque palpable, en trois dimensions, alors il y a de la vie, c’est vibrant et c’est nourrissant, le lien a lieu, l’âme agit (la magie) ! »

(Karine, 16 mars 2017.)[/vc_column_text][vc_empty_space][vc_separator color= »custom » el_width= »40″ accent_color= »#046380″][vc_empty_space][vc_column_text]« Je souhaite être avec moi ce bon parent que j’ai été avec Camille (mon neveu de 6 ans), me défendre coûte que coûte, me soutenir, me donner le droit, etc. »[/vc_column_text][vc_empty_space][vc_column_text]

C’est ce que je m’efforce de faire depuis qu’il est parti. J’essaie d’entretenir le plus possible le dialogue intérieur et de me donner encore plus d’écoute, de compréhension, de soutien infini…
J’ai constaté avec Camille que ce bon parent existe en moi, mais que je ne me l’autorise pas toujours ou pas complètement pour moi, alors que j’y ai droit aussi… et quand je le fais, cela me fait toucher mon humanité, ma vulnérabilité et ma sensibilité que je désire protéger et chérir, cela me rapproche de moi, augmente mon amour pour moi et je veux aller dans cet espace…
Dimanche, Camille a souhaité que l’on prenne le tram, on l’a pris et une fois assis, il m’a dit : « c’est juste pour mon plaisir ! » et je lui ai répondu « ah oui, c’est très important le plaisir ! », alors moi aussi je vais ma faire plaisir et aller dans cette zone d’amour de moi ! »

[/vc_column_text][vc_empty_space][vc_column_text](Nathalie, 3 mars 2017.)[/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »1/2″][vc_column_text]

« Je suis très sensible à la gentillesse.😊 »

La gentillesse est une chose précieuse, une douceur pour le cœur et pour l’âme. Elle est le ferment d’une vie heureuse et la nourriture des relations les plus profondes et harmonieuses . »J’aime aussi beaucoup cette phrase, tirée du film « Cendrillon » : « La bienveillance engendre la bonté et la bonté engendre la magie » Alors, vive la gentillesse ! 🌷 »

(Karine, 10 juin 2017.)[/vc_column_text][vc_empty_space][vc_separator color= »custom » el_width= »40″ accent_color= »#046380″][vc_empty_space][vc_column_text]» Voici un sujet dont on entend peu parler : un enfant hypersensible peut être le souffre-douleur des autres enfants. Ils peuvent se moquer de lui en provoquant sa sensibilité. Pour eux, c’est un jeu ; pour lui , c’est une énorme souffrance. »

(François, 2 juin 2017.)[/vc_column_text][vc_empty_space][vc_separator color= »custom » el_width= »40″ accent_color= »#046380″][vc_column_text]

« Qu’est-ce qu’un enfant hypersensible ? »

Un enfant qui ressent tout ! Qui a les sens très développés. Un lieu trop bruyant peut l’effrayer, des paroles dites d’une manière agressive peuvent le blesser et il en aura pour longtemps à passer par-dessus sa colère, ou sa tristesse… Une odeur lui rappellera un souvenir…

Le devient-on? Naît-on hypersensible? Je fais pas mal de recherches pour trouver des réponses…et parfois je m’en remets à qui je suis (car effectivement ce sujet en est aux balbutiements!)… ou j’observe mon fils…qui lorsqu’il était bébé ne supportait pas la collectivité car d’autres enfants pleuraient…si l’un pleurait lui aussi, en stress! Il ne dort pas si sa chambre est chargée d’entités ou autres ! Il ressent si les relations sont confuses ou malsaines…

Moi, enfant il y a des lieux dans lesquels je ne pouvais pas entrer. Si quelqu’un me faisait une remarque sur le gâteau que j’avais préparé avec tout mon coeur, j’avais l’impression qu’on se moquait de moi, qu’on me méprisait… »

(Aline, 26 mai 2017.)[/vc_column_text][vc_empty_space][vc_separator color= »custom » el_width= »40″ accent_color= »#046380″][vc_empty_space][vc_column_text]« Je suis perdu et fatigué ! J’aime tant la beauté et la nature ! Je m’émerveille d’un rien, mais je suis seul, c’est lourd ! »

(André, 27 avril 2017.)[/vc_column_text][vc_empty_space][vc_separator color= »custom » el_width= »40″ accent_color= »#046380″][vc_empty_space][vc_column_text]« Je suis extrêmement sensible. Pour moi, la nature est un bon moyen de zen attitude !!! »

Je marche souvent et je suis en religion avec la nature !!!! C’est si difficile d’être ultra-sensible… Je pense que tout a commencé pour moi dans l’enfance. J’ai été mal aimée. Je suis timide et anxieuse.

Depuis j’ai évolué, mais je ne pense pas que je vais changer à mon âge ! J’ai surtout une grande sensibilité envers les animaux !! Je me demande si je les aime plus que les humains, car eux ne me déçoivent pas !!! »

(Nadine, 29 décembre 2016.)[/vc_column_text][vc_empty_space][vc_separator color= »custom » el_width= »40″ accent_color= »#046380″][vc_empty_space][vc_column_text]« Je me reconnais tellement dans cet hypersensibilité, aux multiples capteurs, à l’intuition si développée que j’en ai peur. »

Comme elle est douloureuse cette accumulation de difficultés, et comme cet univers des psys est peu généreux. Cela fait si longtemps que je cherche une oreille attentive, pour faire des premiers pas, dans la confiance…

Je mesure à quel point je n’ai pas reçu assez de mots positifs, de ces sourires qui touchent droit au coeur et dont on sent qu’ils sont donnés et vraiment donnés. J’ai une grande capacité à comprendre les autres et les situations, mais si peu de capacité à m’orienter dans ce monde du travail, je suis fatigué.»

(Patrick, 1er février 2017.)[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_empty_space][/vc_column][/vc_row]

Back To Top